Anthologies


The private collection

THE PRIVATE COLLECTION regroupe des enregistrements réalisés par Ellington (parfois à ses frais) et jamais sortis au paravent. Cette série de dix albums fût d’abord publié par WEA puis par SAJA RECORDS. SAJA sortit les albums à l’identique de WEA (même visuel et même livret). Ils furent ensuite réédités par KAZ RECORDS avec un visuel et un ordre des volumes différents.

Wea - Saja Records
THE PRIVATE COLLECTION volume 1 - STUDIO SESSIONS
CHICAGO 1956

(CD WEA / 255 398 2)

1956


March 19 th blues / Feet bone / In a sentimental mood / Discontented / Jump for joy / Just scratchin' the surface / Prelude to a kiss / Miss Lucy / Uncontrived / Satin doll / Do not disturb / Love you madly / Short sheet cluster / Moon mist / Long time blues.

Du blues, encore du blues (March 19 blues, Feet bone, Long time blues) où Johnny Hodges et Ray Nance, entre autres, nous prouvent qu'ils n'ont plus rien à apprendre de cette structure. Paul Gonsalves (que l'on appréciera également dans Satin doll et Moon mist) est romantique à souhait avec l'immortel In a sentimental mood. Même remarque pour Hodges avec Prelude to a kiss. Toujours du blues avec Discontented où Ellington démontre que trois accords et douze mesures ne sont pas incompatibles avec sophistication et génie. Signalons encore les interventions de Jimmy Hamilton sur Jump for joy et Long time blues. Par contre celles de Clark Terry ne sont pas parmi ses meilleures.

THE PRIVATE COLLECTION volume 2 - DANCE CONCERTS
CALIFORNIA 1958

(CD WEA / 255 399 2)

Travis Airforce Base, Californie - 4 mars 1958


Main stem / Dancing in the dark / Stompy Jones / Time on my hands / Stomping at the Savoy / Sophisticated lady / Take the A train (instrumental) / All heart / Just a-settin' and a-rockin' / Take the A train (vocal) / Where or when / The mooche / One o'clock jump / Autumn leaves / Oh, lady be good / Things ain't what they used to be.

Ce second volume, en public, démarre par de la haute voltige : swing, précision et chaleur avec Main stem. Il y a de quoi se pâmer devant les orchestrations, c'est du caviar ! Il faut écouter Sam Woodyard faire tourner la machine dans Stomping at the Savoy. Principales plages consacrées à un soliste : Sophisticated lady avec Harry Carney, All heart avec Shorty Baker, Where or when avec Paul Gonsalves. Ray Nance chante Just a-settin' and a-rockin' puis Take the A train et scatte avec humour sur ce dernier. Ambiance romantique parisienne avec Ozzie Bailey qui chante (en français) Autumn leaves (les feuilles mortes) accompagné par Ray Nance au violon. Lady be good est sublime de modernité. Si seulement tous les enregistrements publics pouvaient avoir cette qualité de prise de son !

THE PRIVATE COLLECTION volume 3 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK 1962

(CD WEA / 255 400 2)

New York - Juillet à septembre 1962


ESP / Blue, too (the shepherd) / Tune up / Take it slow / Telstar / To know you is to love you / Like late / Major / Minor / ''G'' for groove / The lonely ones / Monk's dream / Frere Monk / Cordon bleu / New Concerto for Cootie / September 12th blues.

Le blues donne encore naissance à un chef-d'œuvre : Blue, too, dans lequel Johnny Hodges est magistralement enregistré (nous pouvons entendre le bruit des clés sur le saxophone). Oublions To know you is to love you chanté par Milt Grayson, qui dénature un peu les autres plages. Gonsalves surprend sur Like late par son jeu inhabituel, moderne et osé. Il reste le soliste unique des trois pièces suivantes (Major, Minor, G for groove). Réhabilitons Grayson qui s'en tire très honorablement avec The lonely one. Duke joue du Monk (Monk's dream) sur un arrangement de Billy Strayhorn à la sauce Ellington, plus que plaisant. Il lui rend ensuite hommage (Frere Monk). Cordon bleu : de nouveau une pièce magnifique où Ellington s'amuse longuement au piano entre les riffs de l'orchestre, soutenu par le son chaud et volumineux d'Aaron Bell.

THE PRIVATE COLLECTION volume 4 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK 1963

(CD WEA / 255 401 2)

New York - 17 avril au 18 juillet 1963


Bad woman / Jeep's blues / Stoona / Serenade to sweden / Harmony in Harlem / Action in Alexandria / Tajm / Isfahan / Killian's lick / Blousons noirs / Elysee / Butter and oleo / Got nobody now / M. G. / Blue rose / July 18th blues.

Bad woman, c'est le grand boulevard avec son défilé de solistes où l'on appréciera le côté mordant de Jimmy Hamilton au saxophone ténor. Il récidive à plusieurs reprises sur cet instrument pour notre plus grand plaisir. Ray Nance aime le blues et le confirme dans Jeep's blues. C'est le soliste le plus sollicité tout au long de cet album. Ce quatrième opus n'est pas aussi passionnant que les volumes un et trois, mais amène également son lot d'inédits.

THE PRIVATE COLLECTION volume 5 - THE SUITES
NEW YORK 1968 & 1970

(CD WEA / 255 402 2)

New York - 6 novembre et 3 décembre 1968 / 25 mai, 3, 8 et 15 juin 1970


THE DEGAS SUITE ( 1968 ) : Introduction (opening titles) / Race / Racing / Piano pastel / Improvisation (Marcia Regina) / Piano pastel / Daily double / Drawings / Promenade / Sonnet / Race.
THE RIVER ( 1970 ) : The spring / The run / The meander / The giggling rapids / The lake / The falls / The whirlpool / The river / The neo-hip-hot kiddies communities / The village of the virgins / Her majesty the sea / The spring.

Ce volume est consacré à deux suites. La DEGAS SUITE, enregistrée en formation réduite à neuf musiciens, est la bande son d'un film sur l'art. Elle est composée de onze séquences aux tempos et climats variés, où les sonorités éclatent comme les couleurs sur la toile. La première partie de Piano pastel est exécutée en piano solo, ainsi que Drawings. Ici pas de longues improvisations, mais des atmosphères créées avec beaucoup de science. THE RIVER est la musique d'un ballet sur une chorégraphie d'Alvin Alley. Attention : cette suite est UN MONUMENT ! Duke double son piano dans Spring (partie 1). Avec The run et The falls, il gambade sur les plates-bandes de Stravinsky. J'ose inventer le terme d'orchestration surréaliste pour The giggling rapids où les doigts d'Ellington glissent sur le clavier comme l'eau de la rivière, en rebondissant sur les cailloux. Je ne sais comment décrire The lake et Her majesty the sea. Whirpool (où marimba et xylophone viennent renforcer l'orchestre) c'est presque du Zappa ! On reste subjugué par tant de beauté. Du Ellington comme vous n'en avez jamais entendu !

THE PRIVATE COLLECTION volume 6 - DANCE DATES
CALIFORNIA 1958

(CD SAJA RECORDS / 7 91230 2)

Mather Air Force Base - 5 mars 1958


Such sweet thunder / The blues to be there / Juniflip / The star-crossed lovers / Together / California mello / Suburban beauty / C jam blues / Blues in orbit / Mood indigo / Honeysuckle rose / Willow weep for me / Caravan / Wailing interval.

THE PRIVATE COLLECTION volume 7 - STUDIO SESSIONS
1957 & 1962

(CD SAJA RECORDS / 7 91231 2)

( a ) Chicago - janvier 1957 ( b ) New York - 29 mars au 6 juin 1962


( a ) Things ain't what they used to be / Sometyhing sexual / The riff / Bluer / Wailing 'bout / I cover the waterfront / Blues a la Willie Cook / Slow blues ensemble / Circle of fourths / Perdido / Three trumps / Deep blues.
( b ) Things ain't what they used to be / Paris blues / I've got it bad (and that ain't good) / Circle blues / Perdido / The sky felle down / Cottontail / Passion flower.

THE PRIVATE COLLECTION volume 8 - STUDIO SESSIONS
1957, 1965, 1966, 1967 - SAN FRANCISCO, CHICAGO, NEW YORK

(CD WEA/ 255 924 2)

San Francisco, Chicago, New York - 1957, 1965, 1966, 1967


Countdown / When I'm feeling kinda blue / El viti / Draggin' blues / Cottontail / Now ain't it ? / The last go-round / Moon mist / Skillipoop / Banquet scene (Timon of Athens) / Love scene / Rod La Rocque / Rhythm section blues / Lele / Acht o'clock rock / Lady / Rondolet.

On appréciera Johnny Hodges dans When I'm feeling kinda blue et Draggin' blues. Paul Gonsalves est tour à tour fougueux (long solo dans Cottontail) et lyrique (Moon mist). Dommage que tous les arrangements ne soient pas de la plume d'Ellington. Sans déprécier le travail remarquable d'arrangeurs comme Art Wiggins ou Gerald Wilson, certains morceaux perdent leur atmosphère ellingtonnienne (Countdown, When I'm feeling kinda blue, El viti, Cottontail). Le Duke s'essaye au rythme binaire avec Lele, Acht o'clock rock et Lady.

THE PRIVATE COLLECTION volume 9 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK 1968

(CD SAJA RECORDS / 7 91233 2)

New York - 23 novembre au 3 décembre 1968


I can't get started / Waiting for you / Knuf / Gigl / Meditation / Sophisticated lady / Just squeeze me / Mood indigo / In a sentimental mood / I let a song (go out of my heart) - Don't get around much anymore / Reva / Ortseam / Cool and groovy / Elos / C-jam blues.

THE PRIVATE COLLECTION volume 10 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK & CHICAGO 1965, 1966 & 1971

(CD WEA / 255 926 2)

New York et Chicago - 4 mars 1965 au 6 mai 1971


Black / Comes Sunday / Light / West indian dance / Emancipation celebration / The blues / Cy runs rock waltz / Beige / Sugar hill penthouse / Harlem / Ad lib on Nippon.

Kaz Records
THE PRIVATE COLLECTION volume 1 - STUDIO SESSIONS
CHICAGO 1956

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 501) Grande-Bretagne

Identique au volume 1 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 2 - STUDIO SESSIONS
CHICAGO 1957 - NEW YORK 1962

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 502) Grande-Bretagne

Correspond au volume 7 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 3 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK 1962

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 503) Grande-Bretagne

Identique au volume 3 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 4 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK 1963

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 504) Grande-Bretagne

Identique au volume 4 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 5 - STUDIO SESSIONS
1957, 1965, 1966, 1967 - SAN FRANCISCO, CHICAGO, NEW YORK

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 505) Grande-Bretagne

Correspond au volume 8 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 6 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK 1968

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 506) Grande-Bretagne

Correspond au volume 9 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 7 - THE SUITES
NEW YORK 1968, 1970

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 507) Grande-Bretagne

Correspond au volume 5 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 8 - STUDIO SESSIONS
NEW YORK, CHICAGO 1965, 1966, 1971

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 508) Grande-Bretagne

Correspond au volume 10 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 9 - DANCE DATES
CALIFORNIA 1958

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 509) Grande-Bretagne

Correspond au volume 2 de la série prédédente.


THE PRIVATE COLLECTION volume 10 - DANCE DATES
CALIFORNIA 1958

(CD KAZ RECORDS / KAZ CD 510) Grande-Bretagne

Correspond au volume 6 de la série prédédente.