DUKE ON THE WEB !

Studio


Années 50

ARCHIVE OF JAZZ volume 31
(30 cm BYG / 529081) France

New York - 13 septembre à novembre 1950


Cottontail / C jam blues / Flamingo / Bang-up blues / Tonk / Johnny come lately / In a blue summer garden / Great times / Perdido / Take the A train / Oscalypso / Blues for Blanton.

Inclus dans : DUKE ELLINGTON AND THE ELLINGTONIANS.

Les huit premiers morceaux présentent Duke Ellington et Billy Strayhorn dans des duos de pianos accompagnés d’une contrebasse. Les deux claviers se télescopent. Duke et Billy peignent des petits tableaux d’œuvres modernes sonores. On sent le plaisir, l’amusement et la complicité dans ces parties de ping-pong à coup de notes et d’accords. Les quatre derniers, avec Oscar Pettiford improvisant en pizzicato sur un violoncelle, sont inouies. Billy Strayhorn apporte une petite couleur inhabituelle sur deux d’entre eux avec un célesta. L’ambiance d’Oscalypso préfigure celle de l’album MONEY JUNGLE avec douze années d’avance.

GREAT TIMES ! (PIANO DUETS)
(CD RIVERSIDE / OJC20 108 2)

New York - 13 septembre à novembre 1950



Inclus dans DUKE ELLINGTON AND THE ELLINGTONIANS

Identique à ARCHIVE OF JAZZ volume 31 (voir critiques de cet album)

MASTERPIECES BY ELLINGTON
(30 cm CBS / 63 838) France

18 décembre 1950


Mood indigo / Sophisticated lady / The tattooed bride / Solitude.

Inclus dans CHRONOLOGICAL 1950 et CHRONOLOGICAL 1950-1951.

L'apparition du microsillon longue durée (33 tours) permet à Ellington de revisiter certains de ses succès et de les transformer en pièces orchestrales, véritables petits joyaux. Les arrangements sont soyeux, les solistes improvisent sur un tapis de velours. Stravinsky n'aurait certainement pas renié certains éclats de l'orchestration de The tattooed bride.

MASTERPIECES BY ELLINGTON
(30 cm CBS / 84 415) France

Même album que le précédent.


MASTERPIECES BY ELLINGTON
(30 cm COLUMBIA / JCL 825) Etats-Unis

Même album que le précédent.


ELLINGTON MODERN STYLE
(30 cm COLUMBIA / FPX 111) France

Album identique à MASTERPIECES.


MASTERPIECES BY ELLINGTON
(CD COLUMBIA / CK 87043)

19 décembre 1950 (1951 pour les bonus)


Mood indigo / Sophisticated lady / The tattooed bride / Solitude.

Bonus CD : Vagabonds / Smada / Rock skippin' at the Blue Note.

DUKE ELLINGTON AND THE ELLINGTONIANS
(double 30 cm VOGUE / DP 19) France

1950 et 1951


Disque 1 : Cat walk (Night walk) / Moonlighht fiesta (2 versions) / She / The happening / Swamp drums / Sultry serenade / Indian summer / Britt and butter blues / Caravan / Alternate / Hoppin' Jones / Jumpin' with symphony Sid / The new piano roll blues.

Disque 2 : Perdido / Take the A train / Oscalypso / Blues for Blanton / Things ain't what they used to be / Make no mistake / In a blue summer garden / Cotton tail / Flamingo / Bang up blues / C jam blues : Tonk / Johnny come lately / Great times.

MONOLOGUE - Aimez-vous le jazz 20
(30 cm CBS / 84563)

14 aout 1947 au 8 aout 1951


Three cent stomp / On a turquoise cloud / New York City blues / Hy'a sue / Golden cress / Lady of the lavender mist / The clothed woman / Monologue (Pretty and the wolf) / Stomp, look and listen / Rock-skippin' at the Blue Note / Change my ways / Sultry serenade / Women / Fancy dan / Brown Betty / Smada.

LIBERIAN SUITE - A TONE PARALLEL TO HARLEM
(30 cm COLUMBIA / CL 848)

( a ) New York - 24 décembre 1947 ( b ) 7 décembre 1951


( a ) Liberian suite : I like the sunrise - Dance n° 1 - Dance n° 2 - Dance n° 3 - Dance n° 4 - Dance n° 5.
( b ) A tone parallel to Harlem.

Pour Liberian suite, voir notes dans CHRONOLOGICAL 1947-48 (Anthologies).

LIBERIAN SUITE - A TONE PARALLEL TO HARLEM - Aimez-vous le jazz 6
(30 cm CBS / 62686) France



Même album que le précédent.

ELLINGTON UPTOWN
(30 cm CBS / 84 309)

décembre 1951 à juillet 1952


Skin deep / The mooche / Take the A train / A tone parallel to Harlem / Perdido.

Inclus dans : HI-FI ELLINGTON UPTWON à l'exception de Harlem.
Harlem figure sur LIBERIAN SUITE - A TONE PARALLEL TO HARLEM.

ELLINGTON UPTWON
(30 cm PHILIPS / B 07008 L)



Même album que le précédent

HI-FI ELLINGTON UPTOWN
(CD Cd SONY / 32DP 597) Japon

3O juin au 8 décembre 1952


Skin deep / The mooche / Take the A train / Perdido / Controversial suite : Before the time - Later.

Inclus dans : ELLINGTON UPTOWN à l'exception de Controversial suite.

THE DUKE PLAYS ELLINGTON
(30 cm CAPITOL / ECJ 50058) Etats-Unis

1953


Melancholia (*) / All to soon / Dancers in love / Reflections in D (*) / Prelude to a kiss / B sharp blues / Passion flower / In a sentimental mood / Things ain't what they used to be / Who knows ? / Janet / Retrospection (*)

(*) duos.

Inclus dans PIANO SESSIONS et PIANO REFLECTIONS (voir critique de ce dernier disque).

PIANO REFLECTIONS
(30 cm CAPITOL / M 11058)

Los Angeles, New York et Chicago - 13 avril au 28 décembre 1953


In a sentimental mood / Things ain't what they used to be / Reflections in D (*) / Who knows ? / Melancholia (*) / All to soon / Prelude to a kiss / B sharp blues / Passion flower / Janet / Retrospection (*) / Dancers in love / Night time / Kinda dukish.

(*) duos.

Inclus dans RETROSPECTION - THE PIANO SESSIONS

Ellington au piano ne ressemble à personne d'autre. Son jeu est toujours intelligent, jamais pris au dépourvu. Ses mains construisent les morceaux sur les touches comme si c'était l'évidence même, qu'il ne pouvait y avoir une autre façon de les interpréter. Certaines pièces sont exécutées en duo (avec accompagnement de la contrebasse à l'archet). Un percussioniste (Ralph Collier) vient se joindre au trio pour exécuter Night Time.
Un disque qui s'impose pour entendre Ellington interpréter au piano des pièces comme In a sentimental mood ou Prelude to a kiss.

ULTRA DE LUXE
(30 cm CAPITOL / 20 761)

6 avril 1953 au 1er septembre 1954


I can't give you anything but love / Ultra de luxe / Warm valley / Chili bowl / Cocktails for two / Three little words / My old flame / Satin doll / Boo-dah / Stormy weather / Liza / Stardust / Flamingo / Band call.

ELLINGTON 55
(30 cm CAPITOL / 062 80 270)

1953 et 1954


Rockin' in rhythm / Black and tan fantasy / Stompin' at the Savoy / In the mood / One o'clock jump / Honeysuckle rose / Happy go lucky local / Flying home.

Bonus version CD : Body and soul / It don't mean a thing (if it ain't got that swing).

L'intérêt de ce disque ne réside pas dans les énièmes versions de Rocking in rhythm ou Black and tan fantasy (dont la discographie d'Ellington est suffisamment pourvue en versions excellentes) mais dans la relecture de thèmes de grands orchestres, sur des arrangements de Dick Vance ou Buck Clayton pour certains des titres. Honeysuckle rose est un régal avec l'intro de Duke et le solo de Jimmy Hamilton. Happy-go-lucky local (composition d'Ellington) avec ses riffs déjantés à grand renfort de wha-wha, ses trompettes et saxes qui hennissent, rugissent, Ellington qui martèle son piano, est une joyeuse cacophonie organisée. L'album se termine en feu d'artifice sur Flying home.

Pour la relecture de standards de big-bands, voir également l'album RECOLLECTIONS OF THE BIG BAND ERA.

ELLINGTON '55
(30 cm CAPITOL / SM 11 674)

Même album que le précédent


TOAST TO THE DUKE
(30 cm WORLD RECORD CLUB / TP 201) Grande-Bretagne

identique à l'album ELLINGTON 55

ROSEMARY CLOONEY AND DUKE ELLINGTON : BLUE ROSE
(30 cm CBS / 84 402) France

New York - 23 et 27janvier 1956
La voix de Rosemary Clooney a été ajoutée plus tard



Hey baby / Sophisticated lady / Me and you / Passion flower / I let a song go out of my heart / It don't mean a thing (If It ain't got that swing) / Grievin' / Blue rose / I'm checkin' out goombye / I got it bad / Mood indigo.

Cette rencontre ne s'impose pas comme une pièce indispensable de la discographie ellingtonienne. Sans être vraiment mauvaise, elle n'apporte rien de neuf et le style vocal de la chanteuse n'est pas en phase avec l'orchestre. Chant fade et sans swing en contradiction avec le feeling des musiciens. Le comble : interpréter It don't mean a thing ! Les meilleurs moments sont en compagnie des musiciens, particulièrement avec Johnny Hodges dans Passion flower et avec Ray Nance à la trompette bouchée dans Mood indigo.
Petite information : Rosemary Clooney n'a pas chanté avec l'orchestre. Celui-ci a enregistré la partie musicale puis la chanteuse a ajouté sa voix en re-recording.

THE BETHLEHEM YEARS volume 1
(30 cm BETHLEHEM RECORDS / BCP 6013)

Chicago - 7 et 8 février 1956


East Saint Louis toodle-Oo / Creole love call / Stompy Jones / The jeep is jumpin' / Jack the bear / In a mellow tone / Ko-ko / Midriff / Stomp look and listen / Unbooted character / Lonesome lullaby / Upper Manhattan Medical Group.

Album souvent décrié, d'un Ellington soit-disant en manque d'inspiration ! Celui-ci revisite son répertoire avec vivacité et souplesse, notamment grâce au fin drumming de Sam Woodyard. Ce relooking de quelques uns de ses anciens succès, même s'il n'est pas un chef-d'œuvre, s'écoute néanmoins avec plaisir.

HISTORICALLY SPEAKING
(CD BETHLEHEM MUSIC / BR 5013)




Identique à l'album précédent.

THE BETHLEHEM YEARS volume 2
(30 cm BETHLEHEM RECORDS / BTM 6805)

Chicago - 7 et 8 Février 1956


Summertime / Laura / I can't get started / My funny Valentine / Everything but you / Frustration / Cotton tail / Daydream / Deep purple / Indian summer / Blues.

DUKE ELLINGTON PRESENTS - BIG BAND BOUNCE & BOOGIE
(30 cm AFFINITY / AFS 1013)



Identique à l'album précédent.

A DRUM IS A WOMAN
(30 cm CBS / 84 404)

septembre à octobre 1956


Part. 1 : A drum is a woman - Rhythm pum te dum - What else can you do with a drum / Part. II : New Orleans - Hey, Buddy Bolden - Carribee Joe - Congo square / Part. III : A drum is a woman (part. 2) - You better know it - Madam Zajj - Ballet of the flying saucers / Part. IV : Zajj's dream - Rhumbop - Carribee Joe (part. 2) - Finale.

SUCH SWEET THUNDER
(30 cm CBS / 84 405)

New York - 15 avril au 03 mai 1957 (Half the fun : 7 août 1956)


Such sweet thunder / Sonnet for Caesar / Sonnet to Hank Cinq / Lady Mac / Sonnet in search of a moor / The telecasters / Up and down, up and down (I will lead them up and down) / Sonnet for Sister Kate / The star-crossed lovers / Madness in great ones / Half the fun / Circle of fourths.

Majestueuse et expressioniste, empreinte d'une touche de romantisme, avant tout travail de compositeurs (Ellington et Strayhorn), cette oeuvre a de la classe ! La grande culture d'Ellington lui permettait d'aller puiser son inspiration dans divers domaines, entre autres ici l'univers de Shakespeare, à qui cette suite est dédiée. Les différents tableaux peignent les portraits de divers personnages de l'oeuvre de l'écrivain, qui lui-même n'est pas oublié. Si vous cherchez des standards qui swinguent, passez votre chemin. Si vous cherchez de l'original, consommez sans modération.

SUCH SWEET THUNDER
(30 cm CBS / 63 525)

Même album que le précédent

ELLA FITZGERALD SINGS THE DUKE ELLINGTON SONG BOOK Volume one
(doubles 30 cm VERVE / 2615 032)

juin 1957


Disque 1 : Rockin' in rhythm / Drop me off in Harlem / Day dream / Caravan / Take the A train / I ain't got nothing but the blues / Clementine / I didn't know about you / I'm beginning to see th light / Lost in meditation / Perdido.

Disque 2 : Cottontail / Do nothing till you hear from me / Just a-sittin' and a-rockin' / Solitude / Rocks in my bed / Satin doll / Sophisticated lady / Juts squeeze me / It don't mean a thing / Azure.

Voir critiques sur l'album suivant.

ELLA FITZGERALD SINGS THE DUKE ELLINGTON SONG BOOK Volume two
(doubles 30 cm VERVE / 2615 033)

juin 1957


Disque 1 : I let a song go out of my heart / In a sentimental mood / Don't get around much anymore / Prelude to a kiss / Mood indigo / In a mellow tone / Love you madly / Lush life / Squatty roo.

Disque 2 : I'm just a lucky so and so / All too soon / I got it bad and that ain't good / Bli-blip / Chelsea bridge / Portrait of Ella Fitzgerald : First movement (Royal ancestry) - Second movement (All heart) - Third movement (Beyond category) - Fourth movement (Total jazz) / The E and D blues (E for Ella D for Duke)

Cette première rencontre entre Ella et Duke donne matière à pas moins de 2 double albums (sur les 8 faces, 4 sont en compagnie de l'orchestre d'Ellington) où l'on retrouve bien sûr les grands standards d'Ellington, mais aussi des morceaux moins connus comme Clementine ou Azure. La présence impromptue de Dizzy Gillespie dans les studios permet de l'entendre intervenir sur Take the A train. Bien qu'Ella ne soit plus à son début de carrière, elle a ici une voix pleine de fraîcheur et ces plages comprennent leur lot de scats inspirés. Contrairement à ses prestations publiques où elle lâche la bride à son énergie, ici sa voix est posée, ses scats sont contrôlés, le répertoire est interprété avec application et respect. Les morceaux lents se déroulent dans une ambiance intimiste dont une très belle version de Chelsea Bridge ni chantée, ni scattée, mais uniquement fredonnée. Portrait of Ella Fitzgerald est une suite en quatre mouvements où Billy Strayhorn s'installe au piano alors que Duke devient narrateur en introduction de chaque mouvement. Ces sessions se terminent par un blues classique en douze mesures où Ella partage ses interventions avec différents solistes.

ELLINGTON INDIGOS
(30 cm COLUMBIA / CL 1085) Etats-Unis

13 mars, 9 septembre et 14 octobre 1957 (album sorti en 1958)


Solitude / Where or when / Mood indigo / Autumn leaves / The sky fell down / Prelude to a kiss / Willow weep for me / Tenderly / Dancing in the dark.

Inclus dans le CD suivant

THE COMPLETE ELLINGTON INDIGOS
(CD PHOENIX / 131514)

13 mars au 14 octobre 1957


Solitude / Where or when / Mood indigo / Night and day / Prelude to a kiss / All the things you are / Willow weep for me / Tenderly / Dancing in the dark / Autumn leaves / The sky fell down / Commercial time / Mood indigo (2 alternate) / Autumn leaves (alternate) / Willow weep for me (alternate) / Where or when (alternate) / All the things you are (alternate) / Love (my heart, my mind, my everything).

Duke ELLINGTON and Mahalia JACKSON :
BLACK, BROWN AND BEIGE

(30 cm COLUMBIA / CK 65566)

5, 11 et 12 Février 1958


Black, Brown and Beige : Parts 1 à 6.

Duke ELLINGTON and Mahalia JACKSON :
BLACK, BROWN AND BEIGE

(30 cm CBS / 63 363)

Même album que le précédent

AT THE BAL MASQUE
(30 cm COLUMBIA / LE 10 077) Etats-Unis

20 mars au 1er avril 1958


Alice blue gown / Who's afraid of the big bad wolf ? / Got a date with an angel / Poor butterfly / Satan takes a holiday / The peanut vendor / Satin doll / Lady in red / Indian love call / The donkey serenade / Gypsy love song / Laugh, clown, laugh.

AT THE BAL MASQUE
(30 cm CBS / 63 513) France

Même album que le précédent


THE COSMIC SCENE
(30 cm CBS / 84 407) France

avril 1958
Clack Terry (tp), John Sanders, Britt Woodman, Quentin Jackson (tb), Paul Gonsalves (ts), Jimmy Hamilton (cl), Jimmy Woode (b), Sam Woodyard (dm), Duke Ellington (p)



Avalon / Body and soul / Bass-ment / Early autumn / Jones / Perdido / Saint-Louis blues / Spacemen / Midnight sun / Take the A train.

Bonus CD : Body and soul (alternate) / Jones (alternate).

L'orchestre est réduit à un nonetêt. Disque agréable et sans surprise où l'on retiendra Avalon et Perdido pour leur côté moderne, Body and soul pour la prestation de Paul Gonsalves et Spaceman pour celle de Clark Terry. Les deux plus beaux morceaux, deux ballades, sont Early Autumn de Woody Herman et Midnight sun de Lionel Hampton, sur des arrangements de Jimmy Hamilton.

HAPPY REUNION
(30 cm DOCTOR JAZZ / FW 40030)

( a ) 19 mars 1956
( b ) 24 juin 1958


( a ) Way back blues / Where's the music ? / Rubber bottom / Play the blues and go.

( b ) In a mellow tone (2 prises) / Happy reunion (2 prises) / Diminuendo and crescendo in blue.

ELLINGTON JAZZ PARTY
(30 cm COLUMBIA / JCS 8127)

19 et 25 février 1959


Malletoba spank / Red garter / Red shoes / Red carpet / Ready, go ! / U. M. M. G. / All of me / Tymperturbaly blue / Hello little girl.

ELLINGTON JAZZ PARTY
(30 cm CBS / S 63 485) France

Même album que le précédent.



La version CD comprend 2 titres supplémentaires : Fillie Trillie / Satin doll.

SIDE BY SIDE
(DUKE ELLINGTON AND JOHNNY HODGES)

(30 cm VERVE / MG VS 6109) Etats-Unis

( a ) 14 août 1958
( b )20 février 1959 - Billy Strayhorn au piano


( a ) Stompy Jones / Squeeze me / Going up.
( b ) Big shoe / Just a memory / Let's fall in love / Ruint / Bend one / You need to rock.

Sur ce disque Ellington, dans les plages où il est présent, fait preuve d'une vigueur incroyable, ses doigts s'abattent sur le clavier avec une puissance dévastatrice. Johnny Hodges est un autre oiseau rare (avec Charlie Parker, différent). Quand il prend ses envols avec son alto, ce sont des petits (grands ?) moments de bonheur. Loin de monopoliser les chorus, Il laisse ses collègues intervenir longuement, et chacun d'eux sait aller chercher la substantielle moelle qui déclenche le frisson chez l'auditeur. Ruint est un petit chef-d'œuvre de mise en place et d'alliages sonores. L'album s'achève sur un rock (ternaire) aux style très "Louis Jordan".

Pour Hodges et Ellington voir également l'album BACK TO BACK.

SIDE BY SIDE
(DUKE ELLINGTON AND JOHNNY HODGES)

(30 cm WAX TIME / 771 796) Edition limitée réalisée en 2012

Même album que le précédent


avec un titre en bonus pour la séance de 1958 : Three and six.

BACK TO BACK
(DUKE ELLINGTON AND JOHNNY HODGES PLAY THE BLUES)

(30 cm VERVE / V6 8317)

20 février 1959


Wabash blues / Basin street blues / Beale street blues / Weary blues / Saint-Louis blues / Loveless love / Royal garden blues.

Sextet comprenant entre autres Harry Edison (tp) et Leslie Spann (g). Les deux terrains de prédilection de Johnny Hodges étaient la ballade et le blues. Le voici plongé dans ce second élément tout au long du disque. Ici pas de composition du Duke, mais une série de standards, de facture non nécessairement classique (un seul est composé sur le schéma des douze mesures traditionnelles du blues) qui ont marqué les débuts du jazz. Le blues interprété par Ellington et Hodges, illustre la grâce et l'intelligence à la rencontre du feeling. Ce disque mérite du figurer dans toute discothèque, non seulement d'amateur de Duke Ellington ou Johnny Hodges, mais de jazz tout court.

Pour Hodges et Ellington voir également l'album SIDE BY SIDE.

ELLINGTON MOODS
(30 cm JAZZ LEGACY / JLA 61)

New York - 27 mars 1959


Fat mouth / Lost in the night / Little John's tune / Frou frou / Dankworth castle / Moonstone / Night stick / Lullaby for dreamers / She was a tinkling thing / Jamaica tomboy / Still water / Jet strip.

THE DUKE'S D.J. SPECIAL
(CD FRESH SOUND RECORDS / FSR CD 41)

Identique à l'album précédent.


ANATOMY OF A MURDER
(30 cm CORONET / CXS 99)

29 mai, 1er et 2 juin 1959


Main title - Anatomy of a murder / Flirtibird / Almost cried / Happy anatomy 1 / Midnight indigo / Haupé / Sunswept Sunday / Grace valse / Happy anatomy 2.

Inclus dans le CD suivant.

ANATOMY OF A MURDER
(CD COLUMBIA / COL 469 136 2)

29 mai, 1er et 2 juin 1959


Main title - Anatomy of a murder / Flirtibird / Way early subtone / Hero to zero / Low key lightly / Happy anatomy / Midnight indigo / Almost cried / Sunswept Sunday / Grace valse / Happy anatomy / Haupé / Upper and outest.

La version CD comporte 4 titres supplémentaires par rapport à l'original.

Ici, Ellington s'attaque à l'illustration sonore d'un film, les ambiances et les climats sont privilégiés. Un son magnifique et un contrôle total pour une musique extrêmement calibrée et peaufinée qui n'en perd pas pour autant sa souplesse et son swing. Ces saynètes forment un ensemble tellement homogène, que si ce n'était la bande originale d'un film, ce disque aurait pu être une "suite ellingtonienne".

FESTIVAL SESSION
(30 cm COLUMBIA / P 13500)

8 septembre 1959


Idiom' 59 (parties 1 à 3) / Things ain't what they used to be / Launching pad / Perdido / Copout extension / Duael fuel (parties 1 à 3)

FESTIVAL SESSION
(CD POLL WINNERS / 27209) Grande-Bretagne



Même album que le précédent

Avec deux morceaux en bonus pour la session studio du 8 septembre : V.I.P.'s boogie / Jam with Sam .

Et deux titres en bonus Live au Festival de Newport le 4 juillet 1959 : Idiom '59 / Copout extension.

BLUES IN ORBIT
(30 cm CBS / 84 307)

février 1958 et décembre 1959


Three J's blues / Smada / Pie eye's blues / Sweet and pungent / C jam blues / In a mellow tone / Blues in blueprint / The swinger's get the blues too / The swinger's jump / Blues in orbit / Villes ville is the place, man.

Bonus CD : Track 360 / Sentimental lady / Brown Penny / Pie eye's blues / Sweet and pungent / Thes swinger's jump / Blues in orbit (alternate) / Track 360 (alternate).



Le blues en orbite tout au long de l'album (un certain nombre de standards de Duke sont basés sur une structure de blues) ! Mais du blues joyeux et swinguant (beaucoup de tempos médium). Ici pas d'arrangements sophistiqués, mais de l'efficacité et de la discrétion, juste ce qu'il faut pour soutenir les solistes. Tous ces musiciens de jazz ont le blues en eux et font des merveilles lorsqu'ils s'expriment avec. Jimmy Hamilton, si délicat à la clarinette, prend un ton rageur lorsqu'il empoigne le ténor. Nombreuses interventions de Ray Nance. La perle du disque : Blues in blueprint avec la clarinette basse et la contrebasse à l'unisson.